Clinique du droit

Un des acteurs de la Strategic Litigation en droit anglo-saxon sont les Law clinics qui, en matière de droits de l’homme, œuvrent à promouvoir ces droits en concourant à la défense de dossiers réels en cette matière. Au sein d’une clinique du droit, les étudiants en droit, encadrés par des enseignants, travaillent sur des cas concrets. Ces cliniques permettent d’appliquer les acquis des enseignements théoriques et des travaux pratiques à des cas d’espèce, mettant directement les étudiants en contact avec les praticiens et les personnes représentées. L’enseignement clinique du droit complète ainsi utilement l’enseignement classique du droit tout en promouvant l’application des droits fondamentaux. Il permet aussi de mener des recherches scientifiques sur les mutations du droit contemporain et sur le droit comme outil d’amélioration des pratiques sociales. Le rôle social et l’aide qu’offrent les cliniques du droit à la communauté sont mis en avant par les académiques et les chercheurs. L’intérêt à la fois pédagogique, scientifique et social explique son succès croissant dans de nombreux pays.

La clinique des droits de l’homme de la faculté de droit de l’ULB sont Annemie Schaus, Vincent Letellier et Damien Scalia et s’inscrit dans le cours d’Argumentation en Droits et Libertés du MA2, finalité droit public et international (10 ECTS). Elle est membre du Réseau des cliniques juridiques francophones (http://www.cliniques-juridiques.org/).

Les affaires traitées peuvent être des SL menées par des ONG et des associations pour renforcer les droits de l’homme. A ce titre, la clinique des droits de l’homme de l’ULB entretient des collaborations avec le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, la FGTB, la Ligue des droits de l’homme, l’Association des locataires, l’Association européenne des avocats démocrates (AED), Service droits des jeunes et d’autres. Diverses consultations ont ainsi été rédigées par la clinique.

On en parle ici.